Ça me tente!


Une des meilleure façon de profiter de l’été, selon moi, est de passer quelques jours en camping.  Passer ses journées à profiter du soleil et la nuit à te faire manger par les maringouins, retenir ton souffle à chaques craquements suspects entendus à 3 heures du matin aux alentours de toi bien «squeezé» dans ton sac de couchage et pour seul protection contre les bêtes multiples une petite toile de tente d’environ quelques millimètres d’épais.

Les nuits sont fraîches et lorsque finalement tu tombes (ou plutôt pass out ) dans un sommeil non-réparateur, le soleil se lève déjà et s’amuse à te faire rôtir tel une saucisse bien enrobée dans un sauna.

Le plaisir du camping débute habituellement dès l’arrivée sur le site avec l’installation de la fameuse tente.  Cet abri de fortune qui deviendra notre suite privée «deluxe» pour les prochains jours est le signe ultime du campeur endurci.  Oublier la tente roulotte, le «winnibago» ou le fifth wheel, moi je suis une campeuse «hardcore», je couche à même le sol dans mon sac de couchage.  Pourquoi avoir de l’électricité et des toilettes quand on peut faire sans … right ?

Le bonheur et le sentiment d’accomplissement qui est ressenti à monter soi-même sa tente, son petit coin de paradis, tout en sirotant une bonne bière froide et en fredonnant la dernière toune de l’heure, que peut-on demander de mieux!  (traduction : La fatigue et le sentiment de puanteur à force d’avoir suer comme un cochon en montant la tente de merde dans le fin fond du bois tout en câlant ta troisième bière pour oublier où tu es et tout en marmonnant tous les jurons possible…que demander de pire?)

Après avoir essayé en vain de monter une tente pour la première fois j’en étais presque rendue à abandonner quand … (musique inspirante de votre choix)… je mis la main sur les instructions de montage de cette monstruosité.

Voici ma version des instructions:

1) Sortez du mieux que vous pouvez sans vous faire une entorse au dos la tente de son sac.  De la vaseline pourrait être un atout pour réussir à la sortir du sac où elle est totalement et véritablement entassée tellement petit que vous savez déjà dès en partant qu’une fois sortie de ce sac trois fois trop petit pour elle, que vous pourrez tout simplement jeter le sac en question parce que jamais au grand jamais vous réussirez à la plier assez de fois pour réussir à l’entrer à nouveau.  Tel que si vous essayer d’entrer un melon d’eau entier dans un sac ziploc…impossible.

2) Une fois la tente bien étendue sur le sol humide et rempli d’insectes grouillants qui ne demandent qu’à se faufiler entre vos draps la nuit prochaine et vous chatouiller les orteils,  il est maintenant le temps de sortir les petites pôles en plastique avec un petit élastique à l’intérieur et d’en faire de grandes pôles pour insérer dans les différents plis de la tente pour la faire tenir debout et lui donner sa forme.  Il est important de ne pas trop étirer ces élastiques car si y’en a seulement un qui pète vous pouvez dire adieu à votre tente et vous résigner à coucher soit à la belle étoile ou bien recroquevillé dans votre voiture.

3) Maintenant que vous avez déjà utilisé tous les mots bibliques possible et qu’il vous semble trop tôt pour recommencer à les nommer à travers vos dents serrées et votre pression élevée, vos «poles» sont bien insérées dans chacune des cavités.   L’étape suivante consiste à lever la tente et insérer ces petites pôles dans chacune des extrémités sans vous péter un oeil dans le processus ou vous fouetter le bord d’la face avec une «pole stretchée» à son maximum mais qui ne semble pas vouloir rentrer dans son trou.  Si par pur hasard, la pluie commence aussi à tomber exactement au même moment, c’est certain que vous vous apercevrez assez rapidement que vous avez oublié du même coup votre manteau de pluie à la maison.  Au yiable le look, vous devrez vous résigner à porter un beau sac à poubelle sexy avec un trou pour y passer votre tête et deux autres pour les bras ou pire un poncho laitte acheté au dollarama!

4) Fuck le point 4, il est grand temps de vous ouvrir une bière!

5) Tandis que la pluie continue à se déchaîner de plus belle, le terrain commence à devenir trop mou à votre goût et dans un moment de pur plaisir vous perdez une sandale dans la bouette.  Il faut vous dépêcher à monter votre abri car vous entendez déjà le tonnerre gronder au loin.  D’un pas, vous sautillez sur place en cherchant des yeux le recouvrement étanche qui se place sur le dessus de tente afin de camoufler l’esti de «top en toile» sur cette tente »cheapette».

6) Oublier la toile, ça ben l’air que le fabricant ne l’ai pas inclut dans l’emballage où elle est clairement indiquée.

7) Vous ouvrir une autre consommation alcoolisée et la boire d’un trait.

8) Vous servir de votre poncho du dollarama et l’attacher sur le dessus de votre tente pour la protéger de la pluie.

9) Insérer vos «piquets» dans la vase afin de stabiliser votre tente le mieux possible.

10) Gonfler le matelas double

11) Sacrer parce que votre matelas gonflé n’entre pas dans la tente

12) Boire une tite frette avant de péter au frette, ou deux ou troix, igloo, igloo, igloo

13) Dégonfler le matelas double

14) Entrer le matelas double dégonflé à l’intérieur de la tente

15) REgonfler le matelas double

16) Coup de tonnerre soudain, perte d’électricité, gonflage de la dernière moitié du matelas double à marde avec votre bouche

17) Free buzz grâce au gonflage du matelas

18) Brailler ou ne pas brailler, là est la question

19) Sortir votre sac de couchage qui sent l’humidité parce que ça fait plus d’une année qu’il est rangé dans le sous-sol

20) Vous installer pour la nuit, boire votre douzième consommation pour oublier l’humidité qui vous ronge les os

21) Réveil soudain causé par un bruit suspect près de votre tente, de plus votre sac de couchage est trempé car la pluie continue d’entrer par chaque petit recoins du poncho mal attaché.

22) Votre seul option, vous levez et marcher à votre voiture pour y passer le reste de la nuit

23) Ouvrir la fermeture éclair de la tente, sortir du mieux que vous pouvez et faire face à face avec un couple de raton-laveur qui se tape une grosse bouffe dans la poubelle du campeur voisin, une mouffette et ces 5 petits qui gambadent à coeur joie et pissent sur votre valise oubliée à côté de votre voiture…il manque juste l’ours!

24) Vous rendre à la voiture pour vous rendre compte que vous avez oublié les clés dans votre jeans à l’intérieur de la tente

25) Se faufiler entre la jungle qui semble se taper un party nocturne et retourner à votre tente

26) Chercher à taton vos jeans dans la noirceur de la nuit au fin fond de votre tente

27) Fuck! un bébé mouffette s’est faufilé dans votre tente

28) Pense vite, pense vite, pense vite

29) Trop tard….

30) Courir à votre voiture, démarrer et partir le plus loin possible sans jamais revenir!

Sur ce, je vous souhaite une saison de camping tout aussi mémorable!

LOL

Nadz 🙂

Si vous aimez, partager via vos médias sociaux

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Annie dit :

    Omg Nadia!!! yest 1;30am et je peux pas dormir a cause du show de 1755 quu esrt pas dans ma backyard pis c’est toute!! J’ai penser chwcker mes emails et la c’esr officiel!! je suis morte de rire crampee de rire! J’espere que ca ta pas arriver pour vrai oh my!!! xxx

    1. Lol c’est fictif mais avoue que c’est pas pire quand même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s