Un regard vaut mille mots


Je souffre de problèmes divers avec mes yeux depuis maintenant une quinzaine d’année.  Et je ne vous parle pas ici de myopie ou autre petites niaiseries de ce genre mais plutôt de problèmes où ma vue est constamment en danger et que je regarde les aveugles (car eux ne peuvent me regarder) d’un tout autre angle.  Dans une journée ordinaire, je peux penser à mes yeux une fois à toutes les heures si je suis chanceuse et plus si je suis un peu anxieuse.  Bref, je vis avec mais je donnerais tout l’or du monde pour vivre sans.

Depuis que je suis de retour dans ma ville natale, je rencontre souvent des gens que je n’avais pas revu après mon départ d’ici v’la déjà bien longtemps.  Hier, par pur hasard, j’ai revu un homme âgé (qui était déjà vieux quand j’étais toute jeune) et nos regards se sont croisés pour un bref instant.  Il avait les cheveux tout blanc, le corps frèle et la démarche lente tâtonant le sol avec le bout de sa canne.  Ses yeux…étaient les mêmes.  Comme s’ils n’avaient pas vieilli d’une seule seconde.  Il ne m’a sûrement pas reconnu, perdu dans la brume de ses pensées, mais moi j’en suis resté tout émue.

Les yeux ça ne changent jamais même si le corps, lui, se métamorphose.  Un regard, ça vaut mille mots.  En un instant, lorsqu’un coup d’oeil en croise un autre, l’énergie qui s’en dégage voyage à toute vitesse.

Quand on réalise que c’est bien possible qu’on ne verra peut-être pas toute sa vie, notre regard change.  Il se veut plus insistant, plus voyeur, plus gourmand.  On veut littéralement tout voir sans rien manquer.  Les changements de saisons, le visage d’un être cher, le grain de notre peau lorsqu’on le savonne sous la douche.  Tout devient plus clair, plus beau et chaque excuse est bonne pour s’en régaler les yeux.

Avec les yeux, on communique bien plus qu’avec notre corps.  On peut tout dire tout en demeurant immobile et muet.  Ils renferment tous les secrets de notre âme.  Si on se rend vulnérable, il est facile de lire dans nos yeux.  Quand on a de la peine, ils pleurent. Quand on a peur, ils se ferment.  Quand on est gêné, ils fuient.   Quand on aime, ils brillent.  Quand on veut, ils taquinent.  Ils clignent même parfois!

Si vous regardez attentivement, les yeux d’un autre vous parleront toujours.

Qu’est-ce que vous attendez pour voir?

Nadz

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. m1nt1e dit :

    Ouf que tu as le tour avec les mots toi…

    1. Merci 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s