La frénésie de la tempête


Les matins tranquilles de tempêtes, le temps semble s’arrêter entre le bip bip des déneigeuses à l’horizon et le sifflement du vent qui tente de se faufiler dans chacunes des fissures de la maison.  Les aiguilles des horloges ralentissent et les matinées en pyjama s’allongent jusqu’en après-midi.  On se roule en petite boule sur le sofa en regardant les vieux films à la télévision, on fait de la lecture pendant les annonces publicitaires, bref la vita es bella!

 

Les après-midis tranquilles de tempêtes, on a tout écouté ce qui passe à la télé, on est un peu tanné de lire, le bip bip des déneigeuses commencent à provoquer un léger mal de tête et ça fait longtemps que ton cerveau à bloqué le bruit du vent  qui scille entre les osties de fissures de la maison.  Les aiguilles des horloges semblent avoir litterallement stoppées et le pyjama commence à sentir la robine.  On a mal au dos à force d’être en petite boule sur le sofa alors on décide de s’allonger en forme planche raide et fixer le plafond qui semble de plus en plus intéressant.

 

Les fin de soirées de tempêtes, on en a marre de la télé, le pouce nous chauffe à cause de pitonnage intensif et c’est le pouce gauche parce que le droit à une tendinite depuis midi.  On s’est aventuré quelques fois à sortir la tête dehors afin de crier des injures au tabarnac qui conduit la déneigeuse et qui s’amuse tout bonnement à construire le mont Everest juste par hasard, comme ça, au bout de notre cour.  On les entends pu les crisses de sifflements du vent parce qu’on s’en colisse.  Les horloges ont les a pitchées à bout de bras dehors en même temps qu’on criait les injures.  Le pyjama est rempli de tâches de bouffe de toutes sortes et on pu tellement qu’on se vomit presque dans la bouche à chaque fois qu’on a le malheur de bouger et de déplacer du vent.  Le sofa n’est plus confortable depuis longtemps et après quelques pas de course à travers la maison (faut bien bouger un peu ou peut-être est-ce les premiers signes qu’on vire fou) on est à plat ventre sur le tapis du salon et on tente de lire les yeux dans le même trou la page 657 de notre livre qui semble ne jamais se terminer.  Bref, cheu vie de marde!

LOL Bonne journée de tempête à tous!

Nadz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s