Hey l’ami!


Quand on est enfant, on s’entoure d’amis qui nous font rires, avec qui on peut jouer des heures et des heures, avec lesquelles ont a des points en commun.  Par exemple, pour moi c’était des amis qui aimaient jouer dehors et faire des cabanes dans les arbres, des amis qui venaient à la bibliothèque avec moi chercher des livres et ensuite on pouvait passer des heures dehors couché dans le gazon à partir à l’aventure en lecture.

Il y avait aussi mes amies de filles, celles avec qui on échangeait les vêtements de nos barbies, qu’on rougissait en évoquant le nom de certain garçon, qu’on parlait rouge à lèvre (parce que c’était le seul article de maquillage dont on avait parfois le droit d’utiliser étant encore toute jeune).  Celles avec qui on se demandait quand nos règles allaient finalement commencer et qu’est-ce qu’on voudrait devenir une fois grande.  Il n’y avait rien de compliqué, rien de superflu, rien d’innatendu.  On s’associait avec d’autres gens parce qu’en résumé, ils nous faisaient sentir bien et on avait les mêmes points en commun.  C’est tout !  Il n’y avait aucuns scrupules, aucunes arrières pensées, on était bien alors on était amis.

Une fois adulte, on oublie un peu cette innocence et on entre à plein cul dans le têtage exhaustif.  Il fait beaucoup d’argent, j’veux qu’il soit mon ami.  Il est beau, s’il serait mon ami, il «fitterait» bien dans le décor.  Il connait tout le monde, pourquoi pas moi ?  On oublie que l’amitié n’a aucun rapport avec le statut, la beauté, l’argent et on s’enfonce toujours plus creux dans le tourbillon amical qui semble être imposé indirectement par la société.  Parce que c’est pas cool être ami avec un gros, un laid, un boutonneux, un nerd, un qui n’a pas le statut…..

Wooooo Wooooo minute l’ami!

Quand vient les moments difficiles, les vrais amis, pas ceux plus cool, plus branchés, plus plus plus plus, seront là, parce que du coup, TOI, tu n’es plus une personne courue.  Tel un tableau aux enchères, tel une action à la bourse, ta valeur vient de chuter en flèche et tout à coup tu te retrouves seul face au miroir.  Tes amis que tu pensais avoir à cause des mauvaises raisons sont les premiers qui prendront la poudre d’escampette.  Le reste, ceux qui ont passé le test d’amitié simple et véritable, comme quand on était enfant, sont ceux qui seront encore là.

Donc après tout ce bla bla, les questions suivantes demeurent.  De un, pourquoi se forcer à lécher le cul des gens, qui on le sait trop bien, ne seront pas là quand se sera vraiment le temps ?  Et secundo, pourquoi ne pas se concentrer davantage à passer du temps et à connaître les gens qui nous font du bien ?

J’viens de vous sauver plusieurs heures de thérapie et de cash!  LOL

 

Marchi Nadz

Da rien!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s