C’est l’histoire du petit castor


Hier soir j’ai dépoussièré mon vélo et je suis partie à l’aventure. Le vent dans le toupet, les lunettes de soleil bien perchées au bout du nez et le minuscule siège enseveli sous mon gros cul, la vie était belle.

La température était parfaite, le couché de soleil splendide et la compagnie délicieuse. Pendant quelques secondes j’ai oublié la femme que je suis pour revenir à mes 5 ans quand je partais à la conquête du quartier sur ma bicyclette rouge a une vitesse.

Les mêmes odeurs boisées de fin de soirée, le même bruit des pneus sur l’asphalte, le même coeur qui bat la cadence. Je sillonnais les mêmes recoins remplient de souvenirs et je m’entendais presque crier prêt pas prêt j’y vais!!!

Le porc-épic qui traversait lentement la piste cyclable me sortit de ma bulle assez sec merci!

– Pfff ce n’est qu’un castor! me lanca hautainement l’autre

Ben oui, ben oui, je pensais en mon for intérieur. J’ai tu l’air d’une cruche? On est en plein fin fond de fin fond de fiiiiiin (avec echo) fond de bois, aucun cour d’eau en vue, même pas une simple flaque pour y tremper le bout de mon petit orteil.

Je conservais mes distances sécuritaires tandis que l’autre continuait à pédaler le visage débordant de béatitude tout droit vers la bête.

Tout à coup, la bête rugie de toutes ses forces, et l’attaqua férocement en lui arrachant les deux bras et les deux jambes l’abandonnant ainsi pour qu’il saigne de tout son sang!

Bahahaha avouer que c’est un peu poussé tout de même pour un simple porc-épic!!! Ben non voyons!

L’autre arrêta son moteur de bicycle à pédales (jambes) environ 3 mètres avant de rouler sur la bête et me cria à moi, la non cruche, qui conservait intelligemment ses distances jusqu’à la fin de la traversée de la bête piquante.

Ah ouiiiiiiiiii t’as bien raison c’est pas un castor!

Le porc-épic s’immobilisa en plein milieu de la piste, leva les yeux vers l’autre, se tendit comme pour passer à l’attaque et à la dernière seconde changea d’avis et repris sa randonnée pédestre slow motion.

Je lançais à la blague, envoye pédale crisse ou laisse moi passer avant que le castor revienne.

Le bruit des pneus de nos deux vélos reprirent de plus bel et je repartis en enfance les cheveux dans le vent 🙂

Nadz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s