Aujourd’hui pour demain


Si tous les gens auraient une urgence de vivre, la vie au quotidien serait tout probablement pas mal différente.  Grâce à un certain diagnostic l’année dernière, ma vie à moi bascula pas mal la tête en bas.  Depuis, je vois ma vie d’un nouvel œil, presque littéralement.  Je m’efforce de faire beaucoup plus de choses que j’aime, je m’entoure de gens que j’aime et qui m’aime et qui me stimule, je prends le temps de prendre le temps, je regarde ma liste de priorités dans le blanc des yeux.  Je veux vivre le plus longtemps possible, le mieux possible et je fais les choix en conséquence.  Je m’alimente de façon adéquate, je fais de l’exercice quotidiennement, et quand je suis fatigué…ben je dors!

Ça me fais penser à une amie qui était allée voir son médecin une fois en lui disant, je ne sais pas ce que j’ai mais je suis tellement fatigué!  Et le médecin de lui répondre  »Et bien madame si vous êtes fatigué…dormer! »

hahaha!

Avouer que souvent on se trouve des bobos où y’en a pas!

J’ai eu la chance de m’asseoir, le temps d’un repas, aux côtés d’une grande dame âgée dans le dernier quartile de sa longue vie.  Je lui ai demandé la question dont tout le monde se pose mais n’ose pas vraiment formuler.  C’est quoi votre secret de longévité?

Elle me répondit,

– beaucoup d’enfants (elle en a conçue 14)

ok déjà j’ai l’impression que mon espérance de vie vient de grandement diminuer parce que j’ai 35 ans et pas d’enfants, il faut que je m’y mette très bientôt et que l’usine parte en peur en production maximale pour que j’arrive même à en concevoir quelques-uns au moins avant la quarantaine pour pas trop en avoir avec des bras dans le front!

– beaucoup de jardinage

là je respirais un peu mieux, mon jardin à triplé cette année et je prévois encore l’agrandir les années à venir.  J’imagine que le jardinage c’est en quelque sorte un mélange de plein air, de soleil et d’exercice.  De plus, quand je jardine, mon cerveau est à off, ça peut pas faire de tort!

– 30  »boulanges » de pain par semaine

ok je suis réellement foutue!

 

C’est aussi en discutant avec elle que je me suis aperçue que malgré notre différence d’âge, nous partagions quelques affinités de base dont, la plus importante, l’urgence de vivre, chacune à sa façon.  Elle, évidemment, sait bien que l’on est pas éternel et que son parcourt peu s’arrêter à tout moment considérant son âge.  Pourtant, si on y pense réellement, on est tous chronométré et aucuns de nous savons quand la course s’arrêtera.

Elle vécu la deuxième guerre mondiale, où les gens côtoyaient l’urgence de vivre.  Elle rencontra son  »homme » et se maria en l’espace de deux semaines car il partait l’autre bord de l’océan.  Je réalisais, en discutant entre deux bouchées, qu’elle avait vécue tous les jours comme si c’était son dernier, depuis bien longtemps déjà et pas seulement parce qu’elle était  »vieille ».  J’imagine que la guerre avait laissée son empreinte dans la vie des gens même après sa fin.

On remet souvent à demain ce qui devrait être fait ou dit aujourd’hui.  On  »endure » des gens, des situations, des occupations, parce qu’on est trop confortable ou peureux pour faire autrement.  Je suis contente d’être inconfortable à tous les jours, ça me garde alerte, ça me fait apprécier et surtout ça me fait vivre!

 

Nadz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s