Rayon de solitude


J’avoue que c’est un peu twit de parler de la nécessité de bien se sentir seule après que je viens de publier un blog sur ma grande demande en mariage :)))))) Mais bon, c’est ce qui m’inspire en ce moment alors soit vous lisez ou soit vous retourner faire ce que vous faisiez juste avant de cliquer sur ma face haha.

S’il y a bien quelque chose que j’ai amadouée ces dernières années c’est le sentiment de solitude et aussi le bien être de ce dernier.  Dans la vie, on peut être entouré de la plus grande foule, des meilleurs amis, de la famille parfaite, on est, malgré tout, seul.  La première fois que je l’ai réalisé et que j’ai eu un genre de ah ah moment comme dirait Oprah c’est la première soirée où en me couchant le soir j’ai réellement eu la peur réelle que possiblement je ne me réveillerai pas le lendemain matin.  Que mon petit caillot qui s’est si bien accroché à mon cerveau déciderait de partir faire une petite balade le long de la transcanadienne de mon corps quand je serais docilement au pays des rêves.

J’avais eu beau discuter avec ma mère au téléphone durant la soirée, de profiter du plus bel homme endormi à mes côtés, c’était ma peur, la mienne seule, et personne ne pouvait vivre ce moment sauf moi.  Je peux en parler, me confier, l’écrire, l’envoyer chier, peu importe, la réalité reste que tout peux s’arrêter à tout moment et que la solitude ressentie dans ce genre de réalisation est effroyablement libératrice.

J’ai 35 ans, je suis cruellement consciente que ma vie peut s’arrêter ce soir, demain, dans 75 ans et que peu importe ce que je fais, je suis, je dis, je pense, je n’ai absolument aucun contrôle sur le déroulement de l’histoire, mon histoire.  Oui, je peux manger santé, faire dodo quand j’en ai besoin, rire parce que ça fait du bien, et ceci peut considérablement améliorer mon état mais dans le fond, quand Dieu ou peu importe qui est le grand boss pdg de l’autre bord décide que c’est l’temps que je pars les rencontrer, j’ai pas un esti de mot à dire sur la décision finale.

Quand tu réalises tout ça, parce que j’veux pas vous faire chier mais on va tous le réaliser à un moment donné, le sentiment de solitude change.  En tous cas, pour moi il a changé.  Je n’ai pas besoin de personne, oui j’avoue, c’est vraiment le fun d’être accompagné, suivi, supporté, consolé, aimé, mais ouais, j’ai besoin de personne.   Parce que la mort, on la vit seule.  Ben beau tenir la main d’une personne, elle ne traversera pas l’autre bord avec nous.  Dans le fond, j’vous avoue, que je n’ai plus peur de grand chose.

Alors si vous rester avec quelqu’un, un amoureux, un amant, un mari, un chum, peu importe, assurez-vous de demeurer à ses côtés pour les bonnes raisons.  Et par bonnes raisons, vous pouvez éliminez tout de suite celles-ci parce qu’elle ne valent rien

– peur d’être seule (parce qu’on l’est tous, accompagné ou non, vous verrez lorsque vous réaliserez vous aussi)

– peur de ne pas avoir personne d’autre après (who cares !  ok ok j’suis peut-être un peu rough mais bon, oui on retrouve toujours quelqu’un si on est bien dans sa peau et si on demeure ouverte à l’option, et de toute façon, le bonheur il est déjà là, une personne ne peut vous apporter de quoi que vous ne possédez pas déjà, si vous attendez après LA personne pour vous rendre heureux alors vous êtes pas mal plus en mauvais état que vous ne le pensez!)

– peur qu’il en aime un/une autre (La plus grande preuve d’amour est de laisser partir quelqu’un, rien ne sert de tenir une corde raide autour du cou de l’autre pour qu’il vous aime, il vous détestera d’autant plus.  Le choix d’être ensemble doit se faire à deux.)

J’suis peut-être trop deep pour vous aujourd’hui, mais je vous dis ceci.  Si vous aimez quelqu’un ne le prenez surtout jamais pour acquis et de grâce dites-lui que vous l’aimez.  Si vous êtes seuls et désirez être en couple, ouvrez-vous à la possibilité d’être aimé et aussi d’être blessé.  Si vous êtes seul et désirez le rester, foutez-vous des gens qui vous jugent et profiter des avantages du célibat … (mental picture inclut)

Je ne sais pas pourquoi j’ai dû réaliser toutes ces choses là maintenant, dans la trentaine, mais dans le fond j’en suis fière.  Quand la santé décidera de me rendre visite à nouveau, je l’accueillerai à bras ouverts et je lui dirai merci de m’avoir accordé un petit sneak peek de la vraie vie pour me donner le pouvoir infini que plus rien ne saura m’arrêter 😉

Nadz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s