Questions douteuses


Il y a des questions qui ne se posent pas.  Des questions que l’on devrait garder pour soi.  Il y a aussi des gens qui ne pensent pas plus loin que leur nombril et osent poser ces questions, en plus, avec le sourire!

Je vous en donne des exemples;

Mon dieu, t’as tu engraissé toi?

C’est tu juste moi mais me semble que t’avais plus de cheveux avant?

As-tu déjà pensé à te faire placer des broches?

Bref, toutes questions reliées de près ou de loin à l’apparence physique d’une personne.  Oui vous pouvez le penser mais de grâce, retenez-vous sacrament!

J’ai, moi-aussi, déjà été victime de ce faux pas du savoir-faire.  Vingt livres de plus, je me suis fais demandé à deux reprises si j’étais enceinte ?  Par un monsieur, ça aurait peut-être passé comme un manque de tact mais se faire demander ça entre femme c’est à mon avis un manque d’intelligence ultime.  Tu ne demandes JAMAIS si une femme est enceinte sauf si elle en est à sa 39 ième semaines et même possiblement passé sa date d’accouchement.  Si tu vois que le pied sort un peu de la bedaine à force qu’il y pousse, encore là, FARME TA GUEULE!

Il faut toujours attendre que la femme dévoile elle-même sa béatitude de grossesse et là il est permit d’en parler.

Le pire c’est que pendant ma période  »grosse toutoune du style femme enceinte » je me le suis fais demander par une mais deux fois.  La première fois, c’était en fin de soirée, j’étais à la caisse en train de payer mon épicerie.  Mon maquillage du matin avait coulé, j’avais faim, un léger mal de tête commençait à me marteler les tempes, bref j’avais hâte de cris.. mon camp chez-nous.

La gentille caissière me regarde avec son regard doux et affectueux, je m’attends presque qu’elle me fasse un beau compliment.  Sa bouche s’ouvre pour me dire à quel point je suis belle, fine, gentille, mais non j’entends à peine le mot enceinte et je dis QUOI?  Elle ose répéter la question mais de la manière d’un enfant qui vient de se faire prendre à mentir, elle chuchote presque.

C’est beau une femme enceinte.

Et moi de lui répondre d’un ton calme en l’a regardant droit dans les yeux.

Non madame, je suis juste grosse.

Elle est devenue soudainement muette et empilait mes sacs à la vitesse de l’éclair.  Je ne sais plus qui était vraiment la plus mal à l’aise entre nous.  Moi, qui avait hâte de revenir chez-nous pour manger mes émotions ou elle pour que je déguerpisse de sa caisse au plus vite.

La deuxième fois que ça m’est arrivé j’étais dans un bar.  J’étais dans un état avancé d’ébriété, l’ambiance était à la fête, la musique enivrante, la soirée parfaite quoi!  Une femme (encore) m’accoste en me demandant,

té combien de mois enceinte?

pardon?

té enceinte non ?

Ça, j’ai été obligé de rire, avant d’aller me claquer une couple de tequila sur le bord du bar pour me remonter le moral et oublier mon bourrelet de femme enceinte.  J’ai par la suite réalisé que c’était deux insultes en une.  Non seulement elle me traitait de grosse mais aussi de future mère indigne qui se bourre en portant un enfant dans son ventre.

Ching ching colisse!

Cette semaine, dans ma chance habituelle, j’ai fais encore une fois face à une question de merde.  Par contre, j’avoue que la mode de la femme enceinte est maintenant passé vu que je me suis réveillé et que j’ai perdu 20 livres depuis la dernière question qui tue.

Je vous place en contexte.  Je suis au gym, j’aide un ami à s’entraîner et nous faisons des redressements assis un à côté de l’autre.  J’ai la sueur dans le toupet, je viens de terminer une demi-heure de vélo stationnaire et plusieurs répétitions de poids lourd.  Bref, c’est pas le temps de me poser une question douteuse parce que je suis crinké au max.

Une femme (encore !!! je sais pas pourquoi mais ça ne m’est jamais arrivé que c’était un homme qui me posait des questions à 5 cents) se penche à mes côtés pendant que mon ami à ma gauche continu tant bien que mal sur son énième redressement.  Il pouffe, il a mal mais il continu de plus bel.

Allo, est-ce que vous aidez une personne à besoins spéciaux à faire ses exercices?

WHAT!  Je pensais que la question de la femme enceinte était déjà pas mal haut dans les rangs de niaiseries à lancer à quelqu’un mais là, cette pauvre dame vient de battre un autre record dans le manque d’étiquette.

Ok Nadz, pense, pense, vite, répond quelque chose qui va l’a boucher parce que là j’en ai marre des gens qui ne savent pas quand se l’a fermer.  En plus, je vois bien que mon ami à entendu et déjà qu’il est complexé et qu’il a le courage de venir s’entraîner il n’a pas le courage de répondre et feint n’avoir pas entendu.  Je sens le sang me monter au visage, je sais pas pourquoi mais j’ai juste envie de lui faire avaler la serviette de sport qu’elle a autour du cou.  (Je veux faire une parenthèse pour dire que je n’ai absolument rien contre les gens à besoins spéciaux car ils sont super et ma tante est l’exemple parfait de gens qui malgré leur handicap ont réussi dans la vie.)

Mais là, sur le coup, ça m’a réellement vexé.  C’était un commentaire gratuit et mal placé.

Je regarde mon ami et lui demande haut et fort (car tout le monde présent à déjà entendu son commentaire désobligeant).

YO! té tu une personne à besoins spéciaux toi?

Et lui de me répondre à moi et non à elle mais fort assez pour qu’elle entende.

Non j’pense pas, j’pense je suis correct pour aujourd’hui, j’ai juste de la misère à faire mes redressements.

Je tourne mon regard à nouveau vers elle

Ah ben non, il n’a pas de besoin spéciaux il est juste une personne qui commence l’entraînement.

Si elle aurait pu entrer dans le plancher, je crois qu’elle l’aurait fait.  Je suis certaine, en tous cas je l’espère sincèrement, qu’elle ne voulait pas faire de mal mais bon il faut parfois penser avant de parler.  Non mais c’est quoi cette question?

Sur ce, pour mettre les choses au clair, non je ne suis pas enceinte et ne le serez probablement jamais et non je n’aide pas les personnes à besoins spéciaux à faire de l’exercice, malgré que j’avoue c’est un job que j’aimerais bien.  Ça devrait être tellement valorisant.

Bonne journée, merci de me lire et bon entraînement gang de gros!

Nadz

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. fredofoodie dit :

    C’est vrai tout ce que tu dis! Juste pour ajouter à ton blog, j’ai réalisé l’année passée que on était pas une nation (les Nord-Américains ou juste les Canadiens?) qui est ouverte avec nos commentaires… sauf certaines de mes matantes qui sonnent beaucoup comme les femmes de ton histoire. J’ai appris que les Sud-Américains (en particulier et non pas pour généraliser, j’ai juste pas d’autre références) sont très ouverts avec leurs commentaires. Si ton amie à une laide coupe de cheveux, ça l’air qui faut que tu lui dit sans te gêner. Si t’as mis 25 livres durant l’année, ça l’air que tu devrais t’attendre à avoir des commentaires au party de Noel. Je sais pas jusqu’à quel point ça se rend par contre… Dire à ta femme: « T’es grosse chérie », ça doit se mériter un claque en pleine face internationnellement me semble?

    1. haha c’est vrai qu’on est pas trop ouverts à ça mais pour ma part je dirais que je suis ouverte à ça si c’est des gens de mon entourage. Si c’est un ami par exemple, j’apprécie l’honnêteté de ses remarques mais par contre des commentaires de parfaits inconnus, non j’avoue que je ne suis pas trop ouverte à ça et ce même si se serait des commentaires positifs. Je viens de réaliser ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s