Histoire de pet


Il y a t-il quelque chose de plus embarrassant que de péter en présence d’un inconnu?  Oui…péter en présence d’une pleine gang d’inconnu!

Dans les situations gênantes, l’irréductible pet, gaz, souffle du postérieur, appeler ça comme vous voulez, ça top pas mal ma charte à moi.  Le pire, c’est que déjà que je suis une femme immensément maladroite, je m’enfarge partout, je dis tout haut ce que parfois je devrais taire, s’il y a quelque chose que je peux faire tomber dans un magasin ou un supermarché, c’est certain que ça va  »prendre le bas ».  Et, avec les années et la  »maturité » j’ai apprise à m’accepter tel que je suis et en rire au lieu de m’en acidifier l’estomac.  Par contre, le pet, lâché en liberté à l’improviste, je sais pas, je suis peut-être encore constipé (jeu de mot plate) de ce côté mais ça me gêne encore!

J’vous parle pas ici de pet en famille ou en amoureux, bref avec des gens qui vous connaissent très très bien, mais je ne sais pas pourquoi, c’est encore pour moi le comble du ridicule.  Pourtant, le rot lui, il passe plus facilement.  Comme si de quoi qui sort par la bouche est moins cochon que de quoi qui sort par le cul.

Vous voyez déjà où je veux en venir avec tout ça? Ben oui, voyons, j’ai des histoires qui me sont arrivées pour le vrai du vrai à vous raconter à ce sujet.  Maintenant, avec le recul et plusieurs années de thérapies (lol) je peux finalement en parler à coeur ouvert et partager avec vous mes aventures de gaz.

La première fois où je me rappelle d’avoir fait une vraie folle de moi remonte déjà à environ 5-6 ans.  J’habitais en ville et je m’étais inscrite à des cours de danse quelques soirs par semaine.  J’étais tannée du satané gym et je voulais pimenté un peu mes workouts qui étaient devenus routiniers.  J’ai pensé, ben déjà je sors dans les clubs à tous les weekends danser, je devrais aimer ça.  En plus, c’était un peu la folie à l’époque de So you think you can dance?  Alors j’ai répondu, Hell yeah I can dance!

Muni de mon legging noir neuf, les cheveux pas attachés pour faire plus  »danseuse » je m’apprêtais à suivre mon premier cour de danse …à vie!!!  J’peux tu vous dire que danser sur une piste de danse à 1 heure du matin bien intoxiqué, à te prendre pour Christina ou Shakira, c’est comme pas du tout la même affaire que prendre un cour de danse!  Ayoye!  Choc culturel!

Jamais je n’aurais penser suer en dansant et sobre c’est encore pire, au moins à la discothèque, le tamisage des lumières, le fait que tout le monde autour de toi ou presque est pas mal dans le même état d’alcool avancé, et que la plupart sont à la chasse active pour se ramasser quelqu’un avant la fin de la soirée ça change la game en esti danser en pleine lumière sans alcool et sans chapeau de chasse.

Bon, réchauffement, ça commence molo, on s’étire les jambes, les pieds, on respire, ça fait quasiment du bien 🙂  Après, avant de commencer à danser, faut aussi faire du cardio et de la muscu.  Moi qui pensait que danser était le réchauffement, mais non, faut se brûler avant de vraiment commencer!

Il est 18h30, je réalise alors, un peu trop tard, que j’ai fais la gaffe de manger un bon gros souper avant de partir.  Je sens mon ventre qui commence à ballouner, pas trop un look sexy, surtout en legging.   Bedaine de femme enceinte de 3 mois à l’horizon!  Shit Piss Fu.ck

Afin de continuer à suer en beauté, on doit maintenant se placer en position push up et tout en restant dans cette position, se promener de gauche à droite sur le plancher de la salle.  À l’époque, je ne m’étais pas encore prise en main par rapport à ma forme physique, alors la fameuse position push up sans rien faire d’autre me faisait déjà suer à pleine goutte et chercher mon souffle.  Je n’avais jamais réaliser à quel point j’étais pesante jusqu’à temps que j’essaie de promener s’te corps-là (flan mou) en position push up.

Bon alors on récapitule, j’suis en legging, en position push up, je suis aussi la première en avant de la classe, je suis gonflé de mon souper trop cochon, je feel mal, je force ma vie pour tenter de faire comme les autres qui ont l’air de sauterelles des champs en  plein extase et LÀ c’est LÀ que la musique choisie de s’arrêter et que le silence se fît et LÀ c’est LÀ que mon ventre décide tout bonnement de se dégonfler.

Un pet sortant de mon propre corps retentit et vient remplir haut et fort le silence qui régnait dans la salle.  Impossible de faire comme si c’était pas moi, je suis en avant, je forçais jusqu’à 2 sec auparavant comme une défoncé, et je viens de péter un esti de gros pet devant toute la classe.  Ma première réaction, et la seule évidente je crois dans ce cas, est d’en rire.  Je ne pouvais pas faire comme si ce n’était pas moi et avec les murs qui ont presque tremblés par la secousse 9,1 sur l’échelle de Richter, je n’avais pas d’autre choix que de m’excuser entre deux attaque de rire et d’en rire et rire et rire.

Je riais tellement j’ai laissé faire la position push up et je me suis complètement aplatie sur le ventre à même le plancher.  Je riais, je riais, j’étais morte de gêne mais le rire était plus fort que moi.  Toute la classe à suivie, et on s’est alors tapé un bon 2-3 minutes de rire à gorge déployée.  J’étais rouge comme une tomate, j’avais chaud, mais ouf que j’ai ri.

J’suis certaine la classe était divisée en clan, celles qui se disaient  »ouf je suis contente que c’est pas moi » d’autres qui se disait  »wow quel pet exponentiel » et d’autre encore qui se disait  »cheu criff de folle ».  Mais une chose est certaine, on à tous ri égal.  Rire à en pleurer et à s’en prendre le ventre.  Le mien ayant repris sa forme normale vu qu’il venait de dégonfler haha

Jpense que tout au long du cour de danse qui dura plusieurs semaines, pas une seule fois j’ai remise les pieds dans la salle sans penser à ce moment où j’ai osé péter devant un groupe d’inconnu.  Et quand je dis péter c’est plus du genre PÉTEEERRRRRRRRRRRR (roulement de tonnerre).

Mais bon ce n’était pas une question de choix, il est sorti tout seul le petit (gros) victorieux.

Tout ça pour vous dire qu’on est tous fait pareil, qu’on pet en avant d’une classe de danse, ou qu’on se cache pour péter, ou qu’on se retient jusqu’à temps que les oreilles nous cillent pour ne pas péter, une chose est certaine, on a tous péter et on va tous péter un jour!

Ha! Ha!

Nadz

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Anonyme dit :

    hahaha chu crampée! Ma comique!

    1. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s