Vie de glace


J’suis assise seule devant ma fenêtre du deuxième.  Je regarde l’avion qui déchire le ciel, les voitures qui passent et le beau gars qui s’époumone à faire son jogging.  Une, deux, une deux.

J’ai envie de tout dire et de rien écrire.  En fait, c’est du n’importe quoi !

J’ai une soif d’écrire des mots qui ne se publient pas.  En attendant, je fixe l’écran blanc tellement fort que j’y vois des petits points noirs.  C’est une histoire déjà écrite, qui se répète sans jamais aboutir à rien.  La liste des mots que je ne pourrai jamais écrire pour te plaire me ronge de l’intérieur.

Pourtant ils sont là, l’ont toujours été, ces syllabes bien enlignées.

Tiens, il repasse, une deux, une deux.  Il semble encore plus en piteux état que les kilomètres qui nous séparent.

J’me protège en arrière de ma vitre, des fois, j’aimerais l’ouvrir bien grande pour caresser la brise nocturne.

Avec nos vies informatiques, y’a presque plus rien qui existe.  On s’électrocute à grand coup de clavier.

Il va bien falloir que je réalise qui je suis sans penser à toi.  Parce qu’une vie à haute tension, sans se regarder dans les yeux, ça fait pas des mégawatts.

Une vie en désa-corps afin de mieux écrire mes inspirations.  Les lettres me poussent le coeur.  Se mettre dans tous ces états juste pour une autre ligne.  C’est un peu ça, moi et toi.

Nadz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s